Un grand merci pour les Editions du Cabinet d'Expertise ainsi qu'aux auteurs, Michel Heitzler et Roger Verdier, pour leur gentillesse et leur envie de nous faire partager leurs connaissances et leurs travaux.


Les instruments de mesure et de pesage traditionnels en quelques mots et quelques images

" La présence de ces quelques pages sur le site de TIMBER PRODUCTIONS témoigne de l'intérêt porté aux racines du métier de balancier par une entreprise à la pointe des techniques modernes. Nous espérons que cette vitrine donnera aux visiteurs de ce site l'envie d'en savoir plus sur des instruments traditionnels qui ont constitué les auxiliaires indispensables du commerce et de maintes activités humaines au cours des siècles. Nous remercions vivement Monsieur Frédéric Timbert, Directeur opérationnel, de nous donner ainsi l'occasion d'élargir notre audience à un public plus large que celui des collectionneurs auquel notre ouvrage était initialement destiné. "

Michel Heitzler et Roger Verdier - Les auteurs

Les pages présentées ici donnent un aperçu de quelques-uns des sujets traités dans l'ouvrage "Balances poids et mesures" (Roger Verdier / Michel Heitzler) en cours de réalisation (3 tomes parus, 2 en préparation) aux Editions du Cabinet d'Expertises. Plutôt que d'en sélectionner quelques "bonnes pages" nous avons choisi de réaliser plusieurs courtes synthèses, assorties de photos d'objets significatifs ou remarquables par leur technique et leur rareté.

Editions du Cabinet d'Expertises Tél : 02 31 62 44 07

Téléchargez l'ensemble de l'article Il n'est évidemment pas question de retracer ici en détail l'histoire des poids et mesures sur plusieurs millénaires, même en se limitant essentiellement à l'Europe occidentale. Les pages qui suivent visent seulement à poser quelques jalons métrologiques, historiques et techniques afin de mettre en évidence le cheminement qui a permis de passer des systèmes d'unités et des instruments antiques au
Système métrique et aux productions de la balancerie moderne. Ce chapitre, comme les fiches techniques qui le complètent, traite exclusivement de trois grandeurs traditionnelles - longueur, capacité et masse – en s'attachant d'ailleurs particulièrement à la dernière d'entre elles, ainsi qu'aux techniques de pesage qui permettent de la mesurer....

Lisez la totalité du texte en téléchargeant le document au format pdf.

Poids en pierre Métrologie simplifiée
A compter de la fin du Moyen âge (XIVe / XVe siècles), le rôle et le rapport des cinq principaux niveaux d'unités de masse en vigueur dans le royaume de France (et dans un grand nombre de pays) peuvent se résumer ainsi (par valeurs de masse croissantes) : le grain, l'once, le marc, la livre, le quintal ...

Lisez la totalité du texte en téléchargeant le document au format pdf.

Une naissance difficile…
Parce que le Système métrique peine à s'imposer, les noms, les valeurs et même les définitions des nouvelles unités vont changer quatre fois en près d'un demi-siècle. Si, à la veille de la Révolution, les Français dans leur majorité appellent de leurs vœux une unification des poids et mesures, la solution qui leur est proposée en 1795 les déconcerte profondément : la rationalité de la nomenclature, qui introduit des noms nouveaux pour les unités, préfixés par des termes issus du grec (pour les multiples) et du latin (pour les sous-multiples), échappe au petit peuple, tout comme les sous-multiples et multiples décimaux se plient mal à son habitude de diviser mentalement par moitié, tiers ou quart...


Lisez la totalité du texte en téléchargeant le document au format pdf.

Balance colonne Garat Principe
Balance à fléau simple, suspendu via un étrier appelé "chape" ou, plus tardivement, posé au sommet d'une colonne.
Une telle balance est oscillante si le centre de gravité du fléau est situé légèrement en dessous de son pivot central ; si le centre de gravité est situé au-dessus, la balance est dite "folle", aucun équilibre n'est possible et s'il est nettement en dessous, la balance est dite "dure" et perd de la sensibilité....

Lisez la totalité du texte en téléchargeant le document au format pdf.

Les balances romaines Principe
Balance à fléau simple, à bras inégaux où la charge est équilibrée par le déplacement d'un poids curseur le long d'un bras gradué (en coches équidistantes) et pouvant être à une ou deux portées (dites alors "fort" et "faible"). Dans ce dernier cas, les romaines sont pourvues de deux appareillages de suspension (positionnés selon des bras de levier différents) et la permutation se fait par retournement du fléau, le crochet de charge pouvant passer d'un côté à l'autre en enfourchant la tête de la balance...

Lisez la totalité du texte en téléchargeant le document au format pdf.

Les pesons à ressort Principe
De tous les instruments de pesage présentés ici, ce sont les seuls à ne pas comparer une charge avec une ou plusieurs masses étalonnées mais à compenser l'action de la pesanteur terrestre sur cette masse à déterminer, par la déformation élastique d'un (ou de plusieurs) ressort(s). Le déplacement d'un index devant une graduation permet de lire directement la valeur obtenue. Rapides (peu ou pas d'oscillations), pratiques (faible encombrement, pas de poids autonomes), ces instruments sont peu précis et leurs performances varient dans le temps (par fatigue du ressort) et selon le lieu (gravité terrestre).
Même si l'appellation "dynamomètre" est correcte pour les instruments de pesage à ressort (puisque mesure d'une force il y a), leur dénomination courante est "peson", celle de "dynamomètre" étant en pratique réservée aux instruments de même principe (et gradués avec les mêmes unités) mais destinés à la mesure de forces de traction ou de compression, à l'exception de celle induite par la gravité terrestre...
Lisez la totalité du texte en téléchargeant le document au format pdf.

Les bascules décimales Principe
Une bascule à rapport est une balance de forte portée, à fléau à bras inégaux, équipée d'un petit plateau suspendu pour les poids et d'un plateau de grande taille pour la charge, souvent appelé "tablier" ; ce plateau de charge repose sur deux leviers de forme triangulaire (l'embase du plateau constitue l'un d'entre eux) qui sont combinés de façon à assurer aux points d'appui du plateau (deux contacts avec un levier, un avec l'autre) un déplacement vertical identique mais de très faible amplitude. Selon que la bascule est à rapport décimal ou centésimal, la distance entre le pivot et le point de suspension des poids vaut dix ou cent fois celle entre le pivot et le point de suspension "arrière" du plateau de charge. Jusqu'au 31 décembre 1839, il était permis d'utiliser des poids spéciaux, de masse égale au dixième (bascules décimales) ou du centième (bascules centésimales) de la valeur nominale qu'ils représentaient, à condition de porter mention à la fois de la masse réelle et de la valeur nominale.
Apparition
Différents modèles de bascule apparentés à ce type avaient déjà vu le jour vers la fin du XVIIIe siècle (notamment Outre Manche, par Thomas Weeks en 1790 ou par John Joseph Merlin avant 1803) mais le premier modèle à rapport décimal n'a été breveté que le 9 février 1823 (après une tentative avortée pour modèle à rapport centésimal) par Friedrich Aloïs Quintenz, mécanicien natif de Gegenbach  en Forêt Noire et expatrié à Strasbourg.  

Lisez la totalité du texte en téléchargeant le document au format pdf.

Roberval Béranger 1844 Principe
Fléau principal à bras égaux, relié à un levier annexe situé en dessous et appelé "contre-fléau" (qui peut être en deux parties), l'ensemble formant un parallélogramme. Chaque bassin est supporté par une tige verticale reposant via une traverse sur les couteaux de l'extrémité du fléau et reliée à une extrémité du contre-fléau.
Apparition
En dépit d'une légende tenace et encore trop répandue, il n'a été découvert à ce jour aucune preuve matérielle ou documentaire qui puisse étayer l'hypothèse de l'invention par Gilles Personne de Roberval (1602-1675) de la balance Roberval telle que nous la connaissons....

Lisez la totalité du texte en téléchargeant le document au format pdf.

Les balances pendules Béranger Principe
Fléau principal à bras égaux, relié à deux leviers annexes symétriques situés en dessous et appelés "transmissions". Chaque bassin est supporté à la fois par une extrémité du fléau et par une extrémité
de la transmission homologue et reste horizontal grâce à un calcul judicieux du rapport entre les bras de levier.
Apparition
C'est le premier système de balance à bras égaux à fléaux composés inventé pour pallier les défauts de la Roberval. Le premier brevet (n° 1565) a été d élivré pour 15 ans le 14 juillet 1845 au grand constructeur lyonnais Joseph Béranger et admis à la vérification par lettre-circulaire aux préfets du 27 mars 1848.

Lisez la totalité du texte en téléchargeant le document au format pdf.

1./ Bibliographie sélective
2./ Bulletins d'associations et de sociétés savantes
3./ Sites Internet
4./ Musées

Lisez la totalité du texte en téléchargeant le document au format pdf.

Télécharger le document : Les sources d'information (PDF - 39 Ko)