- Affichage rétro-éclairé : affichage très contrasté pouvant également être lu dans
l’obscurité.

- Ajustage de la portée de la balance : pour s’assurer de la précision, soit avec les poids d’ajustage externes et le programme CAL, soit grâce à l’ajustage automatique interne. Important à cause des variations de température, des changements de conditions environnantes, de lieu, etc. Un contrôle journalier est recommandé.

- Ajustage pour un appareil de mesure : réglage exact d’une grandeur de mesure au moyen d’une intervention professionnelle dans le système de mesure.

- Attraction terrestre : exerce une très haute influence sur l’exactitude d’une balance électronique. Sa force dépendant du lieu d’utilisation, chaque balance doit être ajustée

- Balance à plage double : la portée totale d’une balance commence par la capacité de lecture d1. Une fois les limites de la portée de haute précision dépassées, la lecture est d2. Le changement est automatique.

- Balance admissible/ non admissible à homologation : les caractéristiques métrologiques sont sensiblement les mêmes. Les balances admises à homologation doivent comporter quelques détails définis légalement tels que des modifications du logiciel, des inscriptions complémentaires.

- Balance demi-micro : balance d’analyse d’une lecture d = 0,01 mg.

- Certificat d’étalonnage : documents avec les caractéristiques de mesures techniques d’une balance ou d’un poids de contrôle ainsi que le renvoi à la norme nationale.

- Chambre de protection : nécessaire sur les balances à lecture d ≤ 1 mg, en protection contre les courants d’air.

- Charge minimale Min : c’est la limite inférieure de l’étendue de pesage admissible à l’homologation. Visible sur la plaquette de d’homologation. La fonction de la balance est aussi donnée en dessous de la charge minimale.

- Classes d’homologation de balances
I = balances d’analyses
II = balances de précision,
III = balances d’industrie

- Comptage des pièces individuelles : on pèse par exemple 10 pièces identiques ; le chiffre de référence est 10. La balance calcule automatiquement le poids moyen de chaque pièce. Le nombre de pièces s’affiche dès l’ajout d’une nouvelle pièce. La règle est ici la suivante: plus le nombre de pièces de référence est élevé, plus la précision de comptage est élevée.


- Contrôles de tolérance : voir pesée avec rang de tolérance.

- Déclaration de conformité : elle atteste qu’un produit répond aux directives CE. Dans le cas des balances électroniques, toujours en relation avec le sigle CE.

- Détermination de la densité (autrefois «Poids spécifique» ) : Tout ce qu’il faut savoir sur la détermination de la densité (pesée hydrostatique) Les déterminations de la densité: (poids spécifique) des liquides et des matières solides selon la méthode de la poussée verticale se caractérisent par une grande précision.

- Détermination de la densité des liquides : par une mesure de la force portante avec le corps plongeant en verre, 10 cm3, résolution 0,0001 g/cm3.

- Détermination de la densité des matières solides : la densité est le rapport p[g]: volume [cm3]. Le poids se détermine par une pesée de l’échantillon dans l’air. On détermine le volume à partir de la poussée d’Archimède [g] exercée sur un échantillon plongé dans l’eau. La densité [g/cm3] de ce liquide est connu (Principe d’Archimède).

Applications :
- Analyses de matériaux
-Cavités dans les corps solides
- Densité de matériaux poreux
- Contrôle d’emballages finis, lorsque la marchandise est vendue par volume [cm3]. Ce volume [cm3] est calculé à partir de poids [g]: densité
[g/cm3].

- Détermination de pourcentage : (exemple) poids de référence avant le séchage 50g = affichage 100%. Après le séchage 40g = affichage 80% absolue (masse de séchage) ou 20% relative (humidité).

- DKD = Deutscher Kalibrierdienst = COFRAC
- SMH = Service Métrologique Habilité

- Durée de validité de l’homologation de balances : en général 2 ans pour toutes les catégories d’homologation, dans le cas des balances de contrôle en général 1 an. Après écoulement de cette période de temps, la balance doit être à nouveau homologuée en métrologie légale.


- Échelon de homologation en métrologie légale : base pour la tolérance de homologation en métrologie légale, dépend de la balance, entre 1 et 10 d.

- Etalonnage ou homologation : seules les balances « homologuées en métrologie légale » portant le signe M peuvent être homologuées. L’homologation est prescrite par l’Etat dans le cadre des échanges commerciaux. Elle assume aussi un rôle de protection du consommateur.
Il est possible d’étalonner (= certifier) chaque balance dans un état irréprochable. L’étalonnage est une prestation privée surveillée par l’Etat visant à répondre à de hautes exigences en matière de qualité, par ex. dans le domaine de la production ou de la recherche.

- Étalonnage ou homologation en métrologie légale : là l’homologation n’est possible que pour les balances «homologables » portant la marque M. Voir -> Homologation.

- Etalonnage pour un appareil de mesure : constater la précision d’une grandeur de mesure sans une intervention dans le système de mesure. Exemple: examiner une balance en mettant un poids de contrôle. La définition « étalonnage » a été anciennement utilisé pour d’ajustage .


- GLP = Good laboratory practice

- BLP = Bonne pratique de laboratoire, voir page 74 et voir -> ISO/GLP.

- Homologation de la balance avec ajustage automatique resp. dispositif d’ajustage : il n’y a plus de limitations comme précédemment concernant le lieu d’utilisation, car le dispositif automatique d’ajustage reste fonctionnel même après l’homologation, sans être scellé. Dans ce cas, l’homologation est indépendante du lieu d’utilisation.

- Homologation de la balance avec programme d’ajustage CAL :
après l’homologation, le programme d’ajustage est scellé par une plaquette officielle. L’homologation n’est valable que pour le lieu d’utilisation et pour les utilisations suivantes -> Attraction terrestre. Ainsi il est nécessaire de nous faire connaître le lieu (code postal) pour préparer l’homologation. L’homologation peut se faire en usine ou sur le lieu d’utilisation, ceci dépend du modèle.

- Homologation en métrologie légale : seules les balances «homologables» peuvent être homologuées officiellement. Ces balances portent la marque M. L’homologation est exigée par l’Etat dans le cadre des relations commerciales. Elle est destinée à la protection du consommateur.
D’après la directive C.E.E. 90/384, les balances de laboratoire doivent être homologuées pour les utilisations suivantes:

a) La détermination de la masse pour les transactions commerciales.

b) La détermination de la masse pour la fabrication de médicaments sur ordonnance en pharmacie et détermination de masse lors des analyses effectuées dans les laboratoires médicaux et pharmaceutiques.

c) La détermination de la masse pour l’application d’une législation ou d’une réglementation.

d) Pour le pesage de marchandises préemballées.

Chaque balance doit être vérifiée par un organisme d’homologation et porte ensuite une marque d’homologation. La précision est ainsi confirmée dans le cadre des tolérances admissibles. Le champ d’application de l’homologation UE s’étend à tous les pays membres de l’UE.


- Incertitude de mesure d’une balance : déterminée pour chaque balance d’après une opération de contrôle et un Certificat d’étalonnage. Elle dépend de différents facteurs internes et externes. L’incertitude de mesure s’accroît avec l’augmentation des charges de la balance

- Indication de capacité : du champ actuel de pesée utilisée et encore disponible indiqué par bande lumineuse progressive sur l’affichage

- ISO 9000ff : Système d’Assurance Qualité, sous la forme d’une norme DIN pour assurer la qualité dans une entreprise.

- Lecture d : la plus petite valeur lisible du poids dans chaque portée sur l’affichage.

- Linéarité / Précision : divergence la plus élevée entre l’affichage d’une balance et la valeur du poids de contrôle concerné, mesurée plus et moins par rapport à l’ensemble du champ de pesée.

- Maîtrise des équipements de contrôle : obligatoire dans le Système d’Assurance Qualité, selon ISO 9000ff et GLP. L’exactitude des instruments de mesure (ex: balances) et instruments d’étalonnage (ex: poids de contrôle) doit être étalonner (=ajustée) à intervalles précis.

- Pesage total net : poids total de tous les ingrédients du mélange sans le poids du récipient du tarage.

- Pesée avec plage de tolérance : la valeur limite inférieure et supérieure est programmée individuellement. L’introduction de la valeur limite peut être réalisée en grammes, unités ou pourcentage. Dans le cas de contrôles de tolérance comme le dosage,
la division en portions et le triage, la balance affiche les dépassements vers le haut ou vers le bas des mesures limites.

- Poids de contrôle : Classes de tolérances E, F, M et leurs attributions générales
aux types de balance:

E2 Poids de contrôle les plus précis pour les balances d’analyse à haute résolution en classe d’homologation I

F1 Poids fins – les poids de contrôle convenant pour les balances d’analyse en classe d’homologation I

F2 Poids de contrôle pour les balances de précision très exactes en classe d’homologation II

M1 Poids de précision pour les balances industrielles et commerciales en classe d’homologation III


- Poids de contrôle externe : (autrefois poids de calibrage) sert à l’ajustage ou au contrôle de la précision de la balance. Ajustage de la portée. Le poids de contrôle externe peut être certifié DKD à tout moment et même postérieurement

- Poids de contrôle interne : comme le poids de contrôle externe, mais intégré dans la balance et à moteur.

- Poids de référence : poids de pièce de référence pour le comptage unitaire de pièces identiques. Cette valeur est obtenue à partir de l’établissement de la moyenne. Le -> nombre de pièces de référence correspond au nombre de pièces choisi pour déterminer le poids de référence. La plupart du temps, il se situe entre 10 et 50 pièces. -> comptage des pièces individuelles.

- Portée Max : ressort de travail de la balance. Le poids maximum pesable est celui indiqué comme limite de charge.

- Protection IP : Plus le numéro est élevé, moins il y a de risques que la poussière et les projections d’eau pénètrent dans le carter. IP 54 est résistant à la poussière et à l’eau, IP 67 est étanche à la poussière et à l’eau.

- Protocole selon BLP/ISO : dans un Système d’Assurance Qualité, tout résultat de pesée comme tout ajustage doit être relevé et inscrit avec ses date et heure, tout comme l’identification des balances. Cet archivage peut se faire par l’intermédiaire
d’une imprimante.

- Réétalonnage : vérification à intervalles réguliers des équipements de mesure
/ de contrôle (par ex. balances / poids de contrôle) pour en surveiller l’exactitude.

- Reproductibilité : (= déviation standard) degré de concordance des valeurs obtenues lors de mesures répétées (ex. balance) dans des conditions identiques. Généralement 1 d ou moins. Critère de qualité.

- Retour aux normes nationales : la norme ISO 9000 exige que tous les moyens de mesure (p.ex. poids de contrôle) concordent selon la tolérance définie. Evite les erreurs de mesures.

- Sortie de données/-paramètres : principalement RS 232C bidirectionnelle. Pour le raccordement direct de l’imprimante ou PC à la balance. Les ajustages de paramètres d’interface sont réalisés par le clavier de la balance.

- Tarage automatique : lorsque le récipient de tare est posé sur la balance, celle-ci affiche immédiatement 0. Permet de gagner du temps.

- Tarage soustractive : réduit la portée de la valeur du poids de la tare. Exemple: portée de la balance Max 6000 g, Tarage (= récipient de pesée) 470g, portée encore disponible 5530g.

- Température ambiante tolérée : en cas de dépassement vers le haut ou vers le bas, des erreurs de mesure sont possibles. Pour les balances homologables, il est indiqué sur la plaque signalétique.

- Totalisation : des pesées séparées sont automatiquement additionnées, quelque soit leur nombre, de manière à obtenir la somme totale; par exemple chacune des pesées d’une charge.